Budapest - Tizsakecske

Publié le par Guillaume & Dagmar

 
Sortir en vélo d’une si grande ville est une chose compliquée longue et périlleuse.
Alors nous décidons de prendre le train sur quelques km.

Budapest---Tiszakecske---163.JPG
 
Sur le trajet de la gare, nous rencontrons un autre cyclo, jeune et vraisemblablement américain. Il revient justement de Bucarest et nous indique que la Roumanie et notamment  les Carpates c’est ‘’rough’’… il nous assure que nous aurons du ‘’fun’’ et nous souhaite un bon voyage… 
Je ne trouve pas de traduction satisfaisante à ‘’rough’’, mais effectivement, on le verra bientôt, les Carpates en vélo, c’est ‘’rough’’.

Bref, rendus à la gare, le parcours du combattant pour acheter un ticket pour la destination que nous avons choisi est assez impressionnant. Je me fais dire que la destination où nous voulons aller n’est pas desservie dans cette gare ! Peu importe, on en choisit une autre… comme il est plus tard que prévu et que les 3 premières étapes étaient longues, nous choisissons de faire 100 km en train et d’en garder 50 en vélo pour rejoindre une petite ville thermale.

Il nous faudra 3heures pour faire 100 km en train… Nous avons traversé et nous sommes arrêtés dans tous les villages que compte le trajet Budapest- Szolnok. Des gares assez rustiques, parfois sans quai, au milieu de nulle part, sans nom d’affiché, avec parfois juste un sentier qui mène au village 300 mètres plus loin.


Budapest---Tiszakecske---165.JPG
Szolnok est une ville de 70 000 habitants dont nous ne verrons que le quartier de la gare et la banlieue. Disons que le quartier de la gare ressemble déjà à une de nos banlieues.

Tout est bétonné, espacé, aéré, avec des barres d’immeubles dans le plus pur style Blockhaus… C’est gris, ça parait vide. On subit tout de suite le contraste avec la campagne calme et verte et le cachet de l’architecture du centre de Budapest.

Après quelques recherches sur le net, toute la ville n’est heureusement pas comme ça, et il subsiste quelques monuments. Nous ne les aurons pas vus, tant pis !


Nous voilà donc sur la route en pleine après-midi en direction d’un des nombreux villages
avec des Thermes : thermal furdo en hongrois. Nous roulons une cinquantaine de kilomètres pour atteindre la Tizsakecske.

Après avoir sonné sans succès dans une pension, nous décidons qu’après le luxe de ces derniers jours, un petit peu de camping ne nous ferait pas de mal.

Notre équipement de camping est réduit au minimum : une tente bon marché pour 2 Schtroumpfs, qui prend vite l’humidité, pas de matelas ou autre tapis de sol, superflus, un duvet épais pour du -2 degré et un autre certainement spécial nuit d’été confortable jusqu’à 12 degrés (Bref, on aurait emmené un drap, ça aurait pris moins de place, ça aurait pesé moins lourd et ça aurait été tout aussi efficace !)

Budapest---Tiszakecske-mini-duo---169.JPG
L’avantage de la tente, c’est qu’elle est facile à monter… et à démonter aussi !
Un coup de pied mal placé dans la nuit, et c’est toute la tente qui s’affale sur nous !


Thermal-furdo.jpg
Avec la place de camping, nous avons des entrées incluses pour les bains…

Des sources chaudes qui sentent un peu les hydrocarbures et dont la couleur tire vers le marron nous attendent. C’est un vrai plaisir, même après 50 petits kilomètres de pouvoir se décontracter dans ces bassins…


La fatigue et la chaleur apaisante de l’eau nous font oublier que nous dormons à même  le sol.
 

Publié dans Budapest - Tiszakecske

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article