Wien - Dunakiliti

Publié le

 Vienne


C'est parti  ! On ne sait pas où on dormira ce soir, tout dépendra de la forme et de notre envie de rouler. Peu importe...

Après une courte nuit de train, arrivés à 6h le dimanche matin à Vienne, nous passons faire un brin de toilette dans les lavabos de la gare. Ensuite nous devons tout d’abord traverser la ville pour rejoindre les bords du Danube.

C’est assez spectaculaire ! A cette heure là, les rues sont vides et nous ne croisons sur les premiers km que quelques passants dont la tenue, la démarche chaloupée et les yeux vitreux nous indiquent que la nuit viennoise est pour certains, bien arrosée.

On parcourt donc le centre ville entre monuments et terrasses de café qui vont la réputation de la ville… La capitale autrichienne est réputée pour sa douceur de vivre et toutes ses terrasses vides donnent envie.

Wien--Dunakilitil---419.JPGNous traversons ensuite le parc central de la ville ou quelques joggeurs bien matinaux se réchauffent dans la fraîcheur.
ma
Je me fais alors la réflexion qu’il faudrait me payer pour aller courir si tôt un dimanche matin, mais je me rends compte que nous sommes certainement aussi fous qu’eux et que 1200 km nous
attendent…

On traverse enfin le Danube qui est naturellement bien plus large qu’à Ulm, seule autre ville dans laquelle j’avais pu voir ce fleuve que nous allons plus ou moins longer jusqu’à Budapest.

Après une vingtaine de km, nous nous perdons déjà et devons faire un détour de 4km pour ensuite tomber sur une déviation. Au total, nous aurons fait une dizaine de km de plus…


Sur le coup, c’est pas encourageant... si tous les 20 km, on en rajoute 10, on arrivera à Bucarest mi-septembre ! Les premiers km de pistes à la sortie de Vienne sont aussi assez étranges. Il s’agit d’une zone naturiste et malgré la fraîcheur matinale (il est à peine 9heures) certains sont déjà en place, sur leur serviettes, au bord de l’eau…

Notre premier objectif est Bratislava…

 
Il nous faudra toute la matinée pour y arriver, à rouler sur une longue digue droite coincée entre 2 forêts. Le premier contact avec la ville est peu enthousiasmant puisque nous n’apercevons tout d’abord que de grandes barres d’immeubles laides et qui dénotent subitement avec la nature tranquille des bords du Danube.

Wien--Dunakilitil---426.JPG


Nous nous rapprochons puis passons la frontière slovaque et entrons tranquillement dans la ville… Comme souvent, elle se révèle beaucoup plus joli et agréable que sa banlieue ne le laisse présager.


Wien--Dunakilitil---428.JPG







Nous avons faim, j’ai mal aux fesses, et la chaleur est accablante…

On décide alors d’aller s’allonger sur un petit bout de gazon non loin de l’ambassade américaine.

Un peu trop prêt d’ailleurs peut-être puisque de nombreux policiers patrouillent et 2 plus zélés que les autres nous invitent poliment et en allemand à aller voir 200 mètres plus loin si l’herbe est plus confortable ! Dommage, je commençais juste à m’endormir.

...Premier contact avec la Hongrie

Bref, après un peu de repos on ressort de la ville bien décidés à rejoindre la frontière hongroise. Pour cela, nous ferons une grosse vingtaine de km sur une autre digue, cette fois-ci goudronnée qui semble être le rendez-vous des patineurs slovaques. Le spectacle n’est pas décevant, les patineuses en maillot de bain sont une agréable compagnie même si je pense apprécier le spectacle plus que Dagmar qui profite de l’asphalte pour faire gonfler notre moyenne...

Nous arrivons enfin à la frontière hongroise et nous décidons que notre destination sera Dunakiliti.
Le premier contact avec les hongrois est difficile. Nous cherchons une pension mais la langue ne ressemble à rien de ce que nous connaissons et l’allemand, l’anglais ou encore moins le français ne nous permettent pas toujours de communiquer comme nous aimerions…

Après 125 km, nous finirons par trouver une chambre dans une pension. La femme parle allemand et fait semblant de tout comprendre mais son Ja-Ja agrémenté d’un sourire étrange me fait penser qu’elle bluffe ! Peu importe, nous déballons nos affaires, attachons les vélos et prenons enfin une douche avant de partir à la recherche d’un restaurant…

Première surprise, de notre balcon, nous avons une vue imprenable sur un de ces châteaux d'eau qui parsèment la campagne hongroise et plus tard aussi les environs de Bucarest. Chaque village hongrois a son clocher et son château d'eau !

Wien--Dunakilitil---431.JPG


Chercher un restaurant un dimanche soir dans la campagne hongroise n’est pas une chose
facile. La bourgade étant tout de même assez importante, nous ne nous faisions pas trop de souci.,.. Nous aurions du !

Après une petite heure de marche et une bière bue dans un restaurant qui ne servait pas
à manger ce soir là (!!!), nous atterrissons dans un hôtel de luxe dont on se demande comment il a bien pu pousser dans cet endroit… Nous sommes les seuls clients du restaurant.

Un couple joue au bowling dans la pièce à côté. Je ne m’explique vraiment pas le pourquoi du comment de cet hôtel. Nous n’avons pas pris de photo de la ville, du coup, il nous est un peu difficile de faire partager notre étonnement. C’est peu important, des surprises, nous en aurons tous les jours. Celle-ci n’est que la première.

Publié dans Wien - Dunakiliti

Commenter cet article