Balea Cascade - Corbeni

Publié le par Guillaume & Dagmar

Nous nous levons avec comme premier objectif d'arriver au sommet. Ensuite, nous prévoyons de redescendre dans la vallée. De longer un lac de barrage et d'atteindre Curtea de Arges.

Balea-Cascade---Corbeni---442.JPG

Les 13 premiers kilomètres seront infernaux !  Comme prévu.
En fait, nous partons lentement et calmement, fort de notre expérience de la veille, la précipitation n'apporte rien, nous savons que quoiqu'il arrive sur une bonne route, avec nos vélos, nous arriverons en haut. Tout est une question de temps.

Les 6 premiers km, autant dire la première heure, passe très vite, nous voici sur un plateau et face à nous la route en lacets qui serpente jusqu'au sommet.  

Il nous reste 7 km, et ils sont là face nous.

Balea-Cascade---Corbeni---448.JPG






Maintenant les voitures qui nous doublent ou que nous croisons klaxonnent toujours autant (depuis l'arrivée en Roumanie, dés que nous partageons notre route avec des voitures, nous sommes continuellement klaxonnés) mais certains ralentissent, tendent le pousse ou poussent des cris d'encouragement.

La veille, nous avons vu 2 autres cyclistes qui eux descendaient, mais nous sommes aujourd'hui les seuls à affronter la bête.

Je garde en souvenir un motard autrichien (qui de par son origine, doit s'y connaitre en route de montagne !) qui a ralenti devant chacun de nous, agitant son pouce en se retournant pour témoigner son respect pour ce que nous faisions.

Nous nous sommes bien sûr arrétés quelques fois, mais moins que la veille, disons environ tous les 3 km.
Arrivés en haut, c'est avec une joie partagée que nous franchissons les derniers mètres qui mènent à l'arrivée du téléphérique et qui signifient la fin de ses 25 km d'ascension.

Balea-Cascade---Corbeni---463.JPG
Nous passerons un peu de temps en haut, afin de prendre le temps d'observer le panorama et de nous préparer à redescendre.  Et puis nous aurons aussi notre berger mélomane pour apporter une petite touche d'authenticité dans cet endroit qui devient un haut lieu du tourisme dans le coin...

 



En fait, il ne s'agit pas d'un col comme on l'entend habituellement, il nous faut tout d'abord passer un tunnel pour apercevoir l'autre vallée.

Ce tunnel, long de 850 mètres n'est absolument pas éclairé et nos modestes loupiottes ne sont pas l'idéal car même si la route était jusque là la meilleure que nous ayons pu avoir, le revêtement dans le tunnel réserve quelques pièges que nous saurons heureusement éviter.

La descente :

Balea-Cascade---Corbeni---471.JPG


25 kilomètres de descente, tout d'abord en lacet, puis ensuite, à flanc de montagne, dans la vallée.
Le long du torrent, de nombreux campeurs sauvages profitent du soleil et de la nature (si on est capable de faire abstraction des tonnes de déchets laissés par les campeurs précédents)...

mini.JPG





        (vue de l'autre côté du col)


Nous arrivons enfin au lac de barrage. Notre première déception est que nous ne longeons pas vraiment le lac, mais que nous sommes sur une route forestière surplombant l'eau que nous apercevons de temps en temps.




Alors que nous pensions en avoir fini des ascensions, la route est continuellement en train de monter pour mieux redescendre. La mauvaise blague, c'est que nous n'avions pas compté que cela durait 30km ! C'est interminable, nous avons beau nous dire à chaque monté que c'est certainement la dernière et que ce sera toujours ca de plus à redescendre, chaque nouvelle côte nous mine un peu plus.



Balea-Cascade---Corbeni---484.JPGDe plus, durant les 55 km depuis le sommet jusqu'au barrage, nous ne croiserons aucun village ou bar ou meme hameau, rien pour acheter de l'eau qui commence à manquer...

Ce qui nous préoccupe aussi, c'est que nous n'avons toujours pas retiré d'argent depuis Sebes et que nous ne ne savons pas si le virement est enfin arrivé.
Pour cela, nous voulons arriver à Curtea de Arges, premier distributeur depuis Sibiu.

Arrivés au barrage, nous revoilá à redescendre sans cette fois devoir remonter... Mais nous en avons plein les bottes...


Nous déclarons forfait et nous nous arrètons à Corbeni, dans une pension, chez une vieille dame qui sera toute contente que nous lui montrions les photos que nous avions prises de Sibiu et de la cascade .
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article