Sebes - Sibiu

Publié le par Guillaume & Dagmar

Il est 14 heures, nous avons la carte, nous avons encore 70 km pour rejoindre Sibiu, mais nous avons là un moral d'acier et nous sommes de super bonne humeur !

Toujours décidé à ne pas rouler sur la nationale, malgré l'heure avancée, nous prenons des routes connexes qui rallongent les distances, mais peu importe.
Nous montons nos premieres vraies côtes : 4 kilomètres d'ascensions quand, une fois en haut, un orage éclate violemment.
On en voit pas à 30 mètres tant la pluie est dense et l'eau coule dans nos yeux.
La route est particulièrement mauvaise dans la descente.
Nous roulerons ¾ d'heures sous une pluie battante jusqu'à trouver refuge dans un village.
Nous allons nous réchauffer dans un bar, bizarrement installé dans la cave d'un bâtiment. 3 jeunes jouent au billard dans le noir. Le patron nous dira 3 mots d'allemand : ''Entschuldigung : kein Strom'' (désolé par de courant).

Sebes---Sibiu---316.JPGLes jeunes nous regardent tout en continuant leur partie de billard en aveugle.
Les toilettes de l'endroit sont certainement le truc le plus sale que j'ai vu de tout le voyage, et le patron nous fait payer le prix fort pour 2 cappucinos en poudre. Peu importe, disons qu'il a appliqué le prix ''touriste'' et vu la pluie au dehors, disons le prix comporte le droit de rester au chaud et au sec.

L'orage passé, nous repartons. Alors qu'il faisait frais à cause de l'orage, le soleil revient soudainement et la chaleur humide est presque désagréable, d'autant plus que les chemins sont maintenant détrempés et nous avancons péniblement dans la boue, en tout cas, au prix d'un gros effort. Les chemins légèrement sablonnaux dans cette endroit nous donnent l'impression de rouler sur une plage, là où les vagues viennent mouiller et tasser vaguement le sable.

Après quelques accélérations difficiles dans ces chemins, mais nécessaires à cause des chiens, nous arrivons à Amnas.
Encore une fois, c'est un village tout en long où nous sommes supposés bifurquer. Il est toujours difficile de savoir où il faut tourner puisque le village indiqué par un point sur la carte ne correspond pas vraiment 2 kilomètres d'alignement de maison que nous voyons. Alors que nous arrivons à une fourche (un croisement net à angle droit serait trop facile) nous demandons alors notre chemin pour aller à Mag. Une femme nous indique alors une direction : celle de la rue qui monte.

 



Nous reprenons notre soufle car depuis Sebes, nous montons lentement mais surement et l'action conjugué de ces longs faux-plats et des chemins très lourds nous a cassé les jambes.
Alors que nous sommes là, j'entends la femme et un homme discuter. Je crois comprendre que l'homme demande ce que nous voulons, et la femme répondre quelque chose avec 'Mag' et elle termine en rigolant.
Nous comprendrons plus tard qu'elle s'est bien foutue de nous.

Nous voilà donc parti, le chemin qui monte est non seulement mauvais mais a une pente qui devient vite douloureuse pour les cuisses. Après une montée droite et violente, le chemin se met a dessiner des lacets interminables. Il nous faudra nous arrêter plusieurs fois et je pousserais meme mon vélo sur quelques dizaines de mètres alors que Dagmar refusera obstinément de le faire..




Sebes---Sibiu---324.JPG

Une fois en haut, nous avons une vue magnifique. Nous sommes sur un plateau avec les premièrs sommets des carpates à l'horizon.

Nous roulons encore quelques kilomètres et rejoignons anormalement la nationale sans jamais avoir vu Mag. Nous demandons alors notre chemin et comprenons la mauvaise blague. Pour Mag, il faut tout redescendre et prendre l'autre chemin dans Amnas !






Sebes---Sibiu---326.JPG


Pas question, il commence à être tard et nous nous décidons à prendre la nationale sur une vingtaine de km jusqu'à Sibiu.


Le point positif, c'est que la route est large, qu'il existe une sorte de bande d'arrêt d'urgence ou de voix pour les véhicules lents dans les montées..





Nous finirons par atteindre Sibiu en 20 km de route rapide au lieu des 30 ou 35 de chemin boueux. Finalement, cette méchante blague nous aura permis d'avoir un panorama magnifique, de croiser quelques ânes, et surtout d'arriver à Sibiu avant la nuit.

Sibiu est la capitale européenne de la culture 2007. Cela signifie que cette ville magnifique accueille cette annéee de nombreux touristes et propose de nombreuses attractions culturelles comme un concert de métal le soir ou nous arrivons !!!

C'est une ville idéale pour faire notre journée de pause, d'autant plus que Dagmar connait ici une amie que nous allons pouvoir rencontrer et qui va, avec son ami, nous faire changer notre idée de fin de parcours pour nous rendre à Bucarest.

Publié dans Sebes - Sibiu

Commenter cet article